Mission de novembre 2019 – Consolidation des charpentes de l’école

Mission de novembre 2019 – Consolidation des charpentes de l’école

Compte-rendu de Mission de novembre 2019 de Joseph Mignet accompagné de Stephan.
UN RETOUR A L’ESSENTIEL
Le jour, la nuit. Coucher 19h30. Lever 5h30. 17 jours à Lokaro, 17 nuits sous la tente, me plier aux exigences de Décathlon (quetchua), exercice qui, finalement m’a obligé à sentir la nuit autour de moi, nuit intense, qu’il pleuve ou que le ciel soit dégagé avec une voie lactée proche et forte !
Concentré sur ce que j’avais à faire à Lokaro :
• fixation des extrémités des contreventements de toiture et des parties verticales sur le muret.
• Ancrage sur le muret du bois horizontal (tiges filetées Ø14, ancrage chimique, rondelles et écrous).
• Confection de 2 paires d’échasses à la « Gulliver » avec nomination de 4 responsables chez les grands (2 garçons, 2 filles) formés au déplacement sur échasses.
• Passage de la clé USB des « voyages de Gulliver » dans chacune des 3 classes.
• Cours de charpente d’une heure aux parents d’élèves (une douzaine de présents en plus de Valéry traducteur et Stefan).
Edwige, la femme de Jean, le chef du village, me faisait la popote au « fatapera » et je réchauffais au « fatapera » le soir ! Au menu quotidien riz rouge malagasy avec pois.
Le retour sur Fort-Dauphin, par le lac en pirogue à moteur était des plus agréables, mais le chemin de 5 kilomètres de Lokaro à Evatra a été très dur (j’ai mis 2 heures pour faire 5 kilomètres).
Je vous envoie des expériences plein le ventre et je vous vois bientôt ! Joseph Mignet

Mission 04/2019 CR Chantal

Mission 04/2019 CR Chantal

Compte rendu de mission de de Chantal

Je n’avais pas vu notre nouvelle école. Une impression de grandeur et d’espace m a envahit. Parfaitement intégrée dans le décor, elle semble être là depuis toujours, acceptée par les enfants et les gens de la presqu’île.
A notre arrivée à Fort Dauphin nos retrouvailles avec Mme Élie satisfaite des élèves qu’elle forme au Français (nos instituteurs et secrétaire). Investie dans son action elle reconnaît les aptitudes de chacun.
Avec le Dr Myriam ce fut riche, actif, humoristique. Elle sait les limites de son rôle et en parle volontiers
Et Pâquerette dans les balbutiements de sa nouvelle charge de secrétaire comprend notre action et semble prête à nous accompagner.
Puis Lokaro, l’accueil des enfants, des instituteurs est chaleureux et sans difficultés. On s’intègre au rythme de vie. Les douches sont pratiques, la balançoire toujours opérationnelle. Nous logeons dans l’infirmerie proche de la classe de Valéry, et la vie glisse avec des visites d’enfants qui sont curieux de tout. Les revues que nous avons prises dans l’avion, les fascinent.
Nous avons proposé 3 ateliers créatifs, qui ont été accueillis avec joie.
La peinture sur les tôles rouillées des abris a eu du succès de par les œuvres elles-même et le plaisir de s’exprimer avec un pinceau. Que de rires!!!
Lokaro, comme toujours nous quittons ce monde avec un pincement au cœur et l’espoir d’y revenir.
Chantal


Fabrication de mobiles avec des bambous et des boutons.

CR de Mission novembre 2018 à Lokaro

CR de Mission novembre 2018 à Lokaro

CR de Mission novembre 2018 à Lokaro

Du 03 au 22 novembre 2018 à l’école de LOKARO
(01 au 23 avec Fort-Dauphin)

Mission de 6 personnes :
Véronique et Denis Bianchi – Orélie, Régis Paquet, et leurs enfants Louna et Matti

Cette année avec Denis, nous avons partagé notre 5e mission avec Orélie, Régis, Louna et Matti, super petite famille que nous connaissions déjà, mais dont la compagnie fut vraiment gaie et enrichissante.

FORT-DAUPHIN — Nous sommes arrivés à F-D le 31 octobre pour 3 jours de préparation logistique pour notre mission, courses de nourriture et de matériel domestique nécessaire à la vie sur place car il n’y a pas de  possibilité sur place de s’approvisionner en autre chose que ce qui y est produit c’est à dire du poisson, des crevettes, des noix coco, des petits beignets… A Fort-Dauphin, nous étions logé à l’Hôtel du Népenthès, confortable et joli.

ADMINISTRATIF — J’ai profité de notre venue pour régler quelques affaires administratives que nous avions préparé avec Anne-Marie en amont, banque, compta, secrétariat, communication, échange sur l’organisation de l’école avec les instituteurs, …

CHASUBLES — Nous avions également comme projet de faire coudre des petites chasubles pour les enfants avec le logo de l’école sur des tissus aux motifs colorés. Nous avons demandé à Sylviane que nous connaissons bien pour avoir travaillé avec elle sur l’éducation à l’environnement. Je savais qu’elle avait quelques connaissances en couture. Elle nous a fait parvenir à Lokaro un échantillon que l’on a directement essayé sur une petite fille, c’était parfait ! Nous avons donc commandé 120 chasubles en 2 tailles.

PEPINIERES — A Fort-Dauphin, il nous fallait également récupérer 200 arbres fruitiers dans 3 pépinières différentes. Sylviane s’est occupé de nous fournir des arbres à litchis et  des manguiers ; L’association « Graine de vie »* (nous a fourni gratuitement) des papayers, jambon-Cocos, mandariniers et badamiers et La « Réserve de Nahampoana » des mandariniers et cerisiers du Brésil.

4X4 — Nous sommes partis Denis et moi pour Lokaro en 4X4 benne pour 2h30 de voyage. Notre chauffeur Bertin était un as du tout-terrain.
Les conditions n’étaient les même 2 jour plus tard pour  Orelie, Régis et leurs enfants Louna et Matti qui se sont ensablés à la sortie d’Evatra à 3 km de l’arrivée. Narcisse et Filiastre et les enfants sont partis à leur rencontre pour les aider a porter les bagages et une partie des plants d’arbres.

Une année pour construire l’école nous la découvrons lors de cette mission. Beaucoup d’émotion, mais l’école est tellement imposante et l’espace bien utilisé que nous n’avons pas envie d’être nostalgique !!

INSTALLATION et VIE A LOKARO — Dès notre arrivée, les enfants étaient là. L’infirmerie c’est transformé en pièce de vie commune et nous avons planté trois petites tentes pour les chambres, c’était très confortable. La vie s’est ainsi écoulée, là, tranquillement, rythmée par les heures de classe, les rires des enfants à la récréation et les conversation du troupeau d’oie de monsieur Gervais jusqu’au soleil couchant.

RÉUNION DES PARENTS D’ÉLÈVES — Dès notre arrivée, les instituteurs avaient organisé une réunion des parents d’élèves. 40 parents avaient répondu à l’appel.
A l’ordre du jour :
– Rapide présentation et explication de notre mission. Nous leur demandons de préparer les emplacements pour les plantations des arbres et d’aider les enfants à les entretenir.
– Point sur la composition de l’association et son fonctionnement. Précisions sur nos actions pour la recherche de fonds pour reconstruire cette école.
– Remerciement pour la participation de tous à la reconstruction de l’école. Merci aux instituteurs d’avoir travaillé dans de mauvaises conditions. Merci aux enfants aussi.
– Il y a une demande des parents pour étendre la santé aux adultes. Nous expliquons que nous nous limitons au travail sur les enfants au sein de l’école car nous ne pouvons pas gérer plus (même si nous nous occupons aussi des collégiens, lycéens et autres enfants de la presqu’île). Valéry n’est pas un médecin, ni infirmier, il fait de son mieux et le Dr. Myriam ne peut pas venir plus souvent. Ils doivent se tourner vers leur commune et son dispensaire. Toutefois quand il y a une urgence grave, si Valéry peut faire quelque chose, il le fait.

– Ils sont très heureux avec l’alphabétisation des adultes (66 pers.) que dispense pendant 1h30, quatre fois par semaine Narcisse, bénévolement après sa classe. (nous n’assurons qu’une aide logistique : prêt de classe et fournitures scolaires). Nous leur disons qu’ils ont beaucoup de chance d’avoir ces instituteurs et qu’il faut les soutenir dans leur travail. Les parents souhaiteraient avoir des cours de français, mais nous ne savons pas comment mettre en place ce projet, qui dépasse également nos objectifs associatifs.
Plus tard, une commission de parents de collégiens et lycéens parrainés sont venus nous offrir des présents pour nous remercier.

COLLEGIENS / LYCEENS — Narcisse qui s’occupe (très bien !) de la gestion des collégiens, lycéens a préparé une réunion. 18 élèves ont répondu à l’appel sur le 21 parrainés.
Gérédo, Ruphin, Fabien, Bertrine, Clémentine, Marina, Rolande, Alice,

Anicet, Sigasy, Juvenot, Fidelicien, Fideline, Saoziane, Flavien, Rossine, Valéria.

Nous avons parlé bien-sûr de ce qu’ils voulaient faire plus tard et de l’association d’anciens élèves qu’ils ont monté « AJM » Jeunes Menagnivo, avec une soixantaine d’adhérents qui se voient une fois par trimestre.

MISSION
Nous avions plusieurs objectifs portés par les envies et compétences de chacun.

SANTÉ — La santé tout d’abord, avec Denis et Orélie tous les deux infirmiers. La visite de chaque enfant permet toujours d’avoir une bonne idée de l’état sanitaire général qui s’améliore (voir CR santé à la suite). Les instituteurs prennent ce volet santé/hygiène à cœur au quotidien, ce travail est remarquable et toujours optimisé chaque année par de nouvelles initiatives, par exemple : lavage des mains, brossage des dents deux fois par jour et douche une fois par semaine.

ATELIERS — Le 2e volet était la sensibilisation et la plantation d’arbres fruitiers : en amont, j’avais préparé du matériel : Un conte créé pour le Kamishibaï (petit théâtre d’images) « Le cœur tendre du manguier » que Françoise Philidet avait revisité, Cécile Meignant et moi l’avions illustré et Hari Rakotoarisoa et sa mère (d’origine de Fort-Dauphin) avait traduit l’histoire en malgache et en Tanosy (langue locale). Nous avons profité aussi de l’occasion pour ré-imprimer l’histoire sur l’hygiène que nous avions illustré sur place en 2011 et qui avait brûlé lors de l’incendie (nous avions heureusement des photos et Hari a traduit aussi l’histoire).

Avec l’aide des 3 instituteurs et la complicité de Louna, nous avons conté et mené des ateliers avec le matériel pédagogique que j’avais apporté, planches d’illustrations de fruitiers et des jeux de loto et dominos de fruits « fait maison ». Bien sûr nous avons peint et colorié des fruits mais aussi des portraits et fait de la peinture libre sur le thème de la mer. Narcisse, Filiastre et Valéry ont participé avec un plaisir visible à tout ce que nous leur avons proposé, quant aux enfants c’est un vrai régal de travailler avec eux une fois de plus. On voit que les enfants sont à l’aise avec les pinceaux et la peinture.
Nous avons amené beaucoup de livres et avec le fond existant commandé par Anne-Marie et Valéry, il y a maintenant une bibliothèque vraiment bien fournie (la plus belle de Madagascar !!wink.
Louna avait amené également des fils et des rubans pour faire des bracelets, succès immédiat avec les filles comme les garçons !!

PLANTATION — Les 200 fruitiers ont été tirés au sort (2 arbres par enfants) et nous sommes tous partis ensemble les planter autour de leurs cases. Pendant plusieurs jours, ces balades que nous avons faites avec les enfants, les instituteurs et les parents furent un grand moment de partage et de découverte de la vie dans les villages, les anciens élèves étaient là aussi. Espérons que les enfants aidés des adultes sauront prendre soin de tous ces arbres.

COUR DE RÉCRÉ — Régis a agrémenté la cour d’une balançoire faite à partir d’une vieille pagaie, une Slackline et autres jeux qui ont égayé un peu plus les récréations.

DOUCHE — Régis, Denis, Matti et Orelie ont construit 2 nouvelles douches « grand luxe » pour les enfants de l’école. Le sol est construit avec des pavés taillés pour l’école et les panneaux sont en raty (rameau de l’arbre du voyageur).

REPAS D’AUREVOIR — pour terminer, nous avons offert aux enfant un repas de riz/grain et viande de zébu, cuisiné merveilleusement par deux mamans. Repas partagé avec le Docteur Myriam.

Ces missions à Lokaro sont toujours un pur plaisir et chaque départ d’une grande émotion. Nous aimons tant ce petit bout de terre et ses habitants.   

Véronique

*L’association Graine de vie est une ONG environnementale d’origine  belge qui œuvre partout dans le monde pour planter des arbres. Depuis 10 ans l’association a planté 8 608 694 arbres. Elle est bien implantée à Madagascar et a une pépinière à Fort-Dauphin. Nous remercions cette ONG pour son excellent travail et espérons pouvoir renouveler cette opération.

Compte-rendu Santé

Mission de 11/2018 avec Orélie Braccini et Denis Bianchi,
les objectifs étaient :
– Faire un état des lieux de la santé des enfants à la rentrée ;
– Faire le point avec le Dr Myriam ;
– Faire le point avec Valéry ;
– Gérer la santé des enfants durant notre séjour ;
– Point avec les parents d’élèves.

Docteur Myriam avec Valéry assistant sanitaire

Pour 2018, l’action santé se consolide
Pour 2018, notre équipe à Madagascar reste toujours aussi impliquée. Le docteur Myriam et ses  visites à Lokaro lors de l’année sont précieuses, tout comme le travail au quotidien de Valéry, instituteur et assistant sanitaire. Les échanges sont agréables, amicaux, intéressants quand à la vision de la prise en charge médicale.

La nouvelle infirmerie, mitoyenne de la classe de Valéry est fonctionnelle, vaste et agréable. Nous sommes réapprovisionnés en ATB, vermifuge, tests palu directement à Madagascar et les apports de France viennent complèter. La pharmacie est fonctionnelle grâce à un beau grand meuble massif qui sera bientôt cloisonné afin de permettre à Valéry d’y stocker son matériel de santé habituel et à Myriam de stocker les médicaments qui restent sous son contrôle.

Les deux autres instituteurs vont être formés par Valéry, pour assurer une permanence optimale de soin durant les temps d’absence de Valéry. Cette permanence des soins est importante, surtout en période de paludisme période qui semble s’allonger d’année en année.
L’état de santé est globalement bon, avec un mieux visible d’année en année. Hors contexte financier, l’autonomie semble presque  atteinte.

A noter que le volet dentisterie n’aura pas plus avancé que les fois précédentes. Mais l’état dentaire des enfants s’améliore grâce au travail des instituteurs pour le brossage quotidien des dents dès l’entrée à l’école (2x/ jour). Le dentiste Dr. Tolotra va venir début janvier (à suivre…).

Il n’y a pas eue d’intervention auprès des collégiens lors de la mission de novembre, pour cause de vacances, par manque de temps, manque de support, type planche de contraception, palu, etc…
La prévention pourrait être l’objet d’une prochaine mission ?

Les conditions de vie des enfants, modèrent toutefois ce propos, l’ensemble de la presqu’île restant dans un état de pauvreté latent, engendrant des conditions sanitaires précaires sur le plan de l’hygiène de vie, et donc de la santé des enfants…
Malgré les demandes des parents, nous limitons nos actions, en effet, nous ne sommes pas un hôpital, ni Valéry, ni nous présents ponctuellement, n’en n’avons les compétences. Si c’est une urgence grave, au mieux, nous pouvons orienter. Nous ne pouvons demander à Valéry d’assumer de telles responsabilités. Pour les enfants non scolarisés, ils sont pris en charge, mais de façon épisodique, à discrétion, toujours dans le même cadre des compétences limitées. Les frais de santé des enfants scolarisés restent à la charge de l’école, les hospitalisations doivent avoir l’aval du Dr Myriam pour bénéficier d’une prise en charge à l’hôpital.

Denis Référent soins de l’association

CR de Louna et Matti

Compte-rendu de Louna – Je m’appelle Louna, j’ai 14 ans et j’ai assisté à l’une des missions de l’association Zanaky Lokaro en novembre.
Nous nous sommes rendus moi et ma famille à Lokaro auprès de Fort-Dauphin à Madagascar pour aider les enfants de l’école.
Il a fallu donner de notre temps et de notre énergie c’est vraiment un moment d’échanges avec les enfants, qui ont une culture totalement différente de la nôtre. Des échanges de regards sont tellement forts, c’est inexplicable, les enfants ont besoin de nous et sont extrêmement reconnaissants, nous sentons qu’on leur apporte quelque chose et nous le rendent d’une très belle façon, ils sont heureux.                                               

Compte-rendu de Matti – Je suis parti avec mes parents dans le sud de Madagascar sur une presqu’île à côté de Fort-Dauphin dans le petit village de Lokaro. Pour m’y rendre, je suis parti de Fort-Dauphin (j’ai mis 3 heures) vers la fin du voyage en 4×4, nous nous sommes embourbés dans le sable, une famille malgache nous a aidé mais nous avons dû finir à pied pendant 4 km avec nos sacs lourds sur le dos. À l’arrivée, nous avons pris la pirogue (j’ai beaucoup aimé).
Quand nous sommes enfin arrivés, Monsieur JEAN le chef du village, nous a accueilli et nous avons pu découvrir l’école de Zanaky Lokaro.
J’ai beaucoup aimé la vie et les gens là-bas mais je n’ai pas trop aimé dormir sous tente.
Nous avons construit les douches pour l’école et nous avons planté des arbres dans les villages Vatoroka et Itapera.
Les malgaches sont pauvres mais ils sont gentils souriants, toujours prêts à aider.
Dans l’école il y a trois classes et 100 élèves, les cours sont un mélange de français et de malgache.
La vie dans la brousse est difficile car ils vivent à cinq ou six dans des cases en raty* de 4 m². Ils ont peu de nourriture et sont souvent en mauvaise santé…
Les enfants de Lokaro sont attachants, j’ai eu du mal à partir j’espère pouvoir revenir un jour !
*Le raty c’est des feuilles séchées de l’arbre du voyageur.  

MATTI (12 ans)

CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro
CR de Mission novembre 2018 à Lokaro

Mission 26/12/2017 au 10/01/2018

Mission 26/12/2017 au 10/01/2018

Compte-rendu d’Odile Braux

Les activités ont commencé un an, jour pour jour, après l’incendie de l’Ecole. Elles se sont déroulées en français avec les enfants qui ne paraissaient pas avoir de grosses difficultés à comprendre : les Petits s’exprimaient en malagasy bien qu’aimant jouer aux petits perroquets… les Grands en français bravant leur timidité le temps d’un jeu. Ils ont paru enchantés d’avoir pu confectionner et rapporter à la maison autant de « objets-cadeaux », surtout au moment des Fêtes car à notre grande surprise Noël et Jour de l’An sont fêtés sur la Presqu’île.

La rentrée des classes a commencé par un grand nettoyage de chantier et la prise de possession des classes, toujours installés sur des nattes car la confection du mobilier scolaire sera terminée d’ici un mois, peut-être, pour être acheminé par bateau quand la météo le permettra. Nous sommes actuellement en période cyclonique, c’est à dire très chaud mais pluvieux qui apporte bon nombre de gros rhumes. Il faut que les anti-corps se fassent comme dans toutes les écoles primaires… dixit le Dr Myriam qui est passée faire sa 1ère visite dans les nouveaux locaux.

Cette deuxième semaine s’est achevée par un festin « chakafa » pour tous nos enfants de l’Ecole (préparé par quelques Mamans), suivi de la plantation de trois arbres. Chaque classe a adopté le sien et donc le soignera afin qu’ils puissent se développer correctement et donner des fruits à l’image du rôle de notre Ecole envers ces enfants.

Nous nous sommes quittés à coups d’éclats de rire et de grands « coucou » émouvants. Ainsi s’achève la mission ludique.

Pendant tout le séjour j’ai été ballotée entre la vitalité, la bonne humeur des enfants et le côté apparemment intéressé des adultes. En effet la nouvelle école suscite chez certains plus d’intérêt pour faire une fête d’inauguration (ils voudraient que l’Association offre le zébu!) plutôt que le confort des élèves et des enseignants qui viennent de passer une année à travailler dans des conditions très difficiles.

J’ai eu aussi la bonne surprise d’être gâtée par nombre de familles reconnaissantes de l’intérêt que nous, l’Association Zanaky Lokaro, apportons à leurs enfants.

Odile Braux

———————————————————————————————–

CR mission d’Anne-Marie Mignet
En plus d’accompagner Odile dans les ateliers ludiques de vacances avec les enfants ma mission consistait à faire l’état des lieux du chantier de reconstruction de l’école:
– les bâtiments de classe
– le branchement électrique
– le local technique

Le 4 janvier 2018 Mr Guy Robert HERIJAONA était à Lokaro. Nous nous sommes réjouis que le 2ème trimestre puisse effectivement démarrer dans les nouveaux locaux.

Le passage de Joseph et Eric en novembre a permis de rectifier et renforcer certains aspects de charpente qui leur semblaient insuffisants. Les planchers sont posés, les contre-ventements également. Les huisseries nous semblent un peu légères…il faudra envisager de les refaire dans l’avenir.
Quelques finitions sont encore nécessaires pour que la livraison du chantier soit effective.
– L’installation électrique a été rénovée et réinstallée. Mr Modeste, l’électricien que Joseph et Eric ont sollicité pour ça, est arrivé avec nous le 21 décembre. Tout est en ordre. Les ampoules et douilles seront à remplacer par des leds dès que possible.
– Le local technique a été aussi mis en chantier par l’intermédiaire de Joseph et Eric.

Il est presque terminé le jour de notre départ de Lokaro le 7 janvier.

Les tables et les bancs ainsi que les divers mobiliers sont commandés chez notre menuisier qui évalue à un mois le délai de fabrication.

Nous avons également demandé à Mr Guy Robert de nous faire un devis pour la construction d’un troisième logement d’instituteur.

Il nous reste 5 jours pour travailler aux points importants de fonctionnement de notre bureau de Fort Dauphin avec Prisca. Odile m’accompagne efficacement. Nous posons les bases d’une communication plus efficace entre nos 3 pôles de travail : Madagascar, La Réunion et la Métropole.

Un CR plus détaillé sera sans doute nécessaire pour une vision plus fine de ce qui nous reste à faire!

Un grand soulagement et un grand merci à vous tous.

Anne-Marie Mignet

Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018
Mission 26/12/2017 au 10/01/2018

Mission Menuiserie du 7 au 21/11/2017

Mission Menuiserie du 7 au 21/11/2017

Joseph Mignet et Eric Lechevalier à Lokaro du 7 au 21 novembre 2017

(Eric et Joseph sont tous les deux menuisiers-charpentiers)

Objectif : Faire le point du chantier de reconstruction de l’école de Zanaky Lokaro. Eric Lechevallier vit à la Réunion, il est membre de l’association Zanaky Lokaro, il a suivi l’évolution du chantier depuis la Réunion. Il a fait des plans, contacté Guy Robert, le chef d’entreprise Malgache dont l’équipe s’est lancé dans la construction des deux bâtiments, trois classes et une infirmerie. Les premières démarches, à partir de l’ancienne école, ont été faites par Véro, la secrétaire de l’association sur ordinateur et Anne-Marie sur place, avec Guy Robert. Les travaux ont commencé mi-mai 2017. La solidarité et la générosité des membres de l’association Zanaky Lokaro et des gens proches qui ont voulu participer, ont été extraordinaires !

Arrivés à Talagnaro (Fort-Dauphin), nous avons passé toute une journée à acheter le matériel électrique pour l’école : gaines, fils électrique, prises, interrupteurs, fixations ; sur les indications de longueur et de quantité de Valéry, le directeur de l’école.
Nous avons rencontré Prisca, la secrétaire Malgache de l’association pour des formalités administratives.
Nous avons rencontré Guy Robert, l’entrepreneur Malgache et un électricien qui nous a été recommandé par le vendeur du matériel, Modeste, qui doit faire un devis de pose.
Je précise que, de la Réunion, nous emmenons un onduleur neuf, car le premier couplé avec les panneaux photovoltaïques qui fournissent l’électricité à l’école, a rendu l’âme. Nous avons été logé chez Raymonde et Samuel, membre de l’association de Zanaky-Lokaro.

Nous avons pris la piste pour deux heures trente assez dures, pour finir par trois tours de pirogues pour atteindre le village de Lokaro et le chantier de l’école avec tout le matériel, Guy Robert, Modeste, l’électricien, le chauffeur, Eric et moi. Nous avons fait le tour du chantier avec Guy Robert, son chef de chantier et l’électricien.

Nous avons vu avec les charpentiers : les contreventements des façades pour les deux bâtiments et ceux de charpente contre les fermes, consolidation des poutres et des volets en doublant les barres, soutien des solives le long des murs sous le parquet. Notre but n’est pas de donner des leçons de technique mais de respecter leur travail de base et de constater simplement si les plans et ce que l’association avait demandé, ont été respectés. L’échange a été positif et le deuxième trimestre en janvier 2018 a débuté dans les nouveaux bâtiments !

Dessin d'Eric Lechevalier
Dessin d'Eric Lechevalier
Dessin d'Eric Lechevalier
Dessin d'Eric Lechevalier
Dessin d'Eric Lechevalier
Dessin d'Eric Lechevalier

Dessin d’Eric Lechevalier

Mission Enseignement 10/2017

Rapport de mission à Lokaro : du 16 au 28 octobre 2017

Farasoa, Sahondra, Patrick

OBJET :

Projet Enseignement du français (Sahondra)
Le projet de formation s’adresse avant tout aux instituteurs de l’école primaire à l’école Lokaro.
L’objectif est d’être un appui pour ces instituteurs dans l’enseignement du français, en tenant compte, dans la mesure du possible, du contexte quotidien des enfants et des enseignants.
Le contenu se réfère aux programmes des classes du CP au CM2, programmes en vigueur depuis la rentrée 2015. Ainsi, pour le premier cours de français en CP relatifs à l’« Acquisition des consignes de classe », il me semble approprié que ces consignes devraient être, d’abord, vues en cours de malgache, puis être mises en parallèle avec les mêmes consignes en langue française, pour leur donner plus de sens. Par la suite, tout l’enseignement du français se ferait en français.
Pour chaque thème du programme abordé, la démarche pédagogique est expliquée aux instituteurs et discutée avec eux. Les parties du contenu qu’ils peuvent exploiter directement avec les élèves sont extraites pour leur usage personnel.
Par ailleurs, les livrets de formation IFADEM (Initiative Francophone pour la Formation à distance des maîtres) seront présentés, commentés et discutés avec les instituteurs pour qu’ils puissent entreprendre et développer leur auto-formation. Un exemplaire de chacun des quatre livrets leur sera laissé.

Apprentissage des mathématiques selon la méthode Singapour (Fara)
Introduction de séances de 1H / j sous forme de parenthèses récréatives pour application de la méthode singapour. Classe ciblée CP + CE1 (T1/T2). La méthode de singapour introduit les mathématiques en 3 étapes progressives :
Le concret : l’élève touche et manipule, raconte une histoire du quotidien. Cette étape va se mettre en place par l’utilisation d’objets tels que des graines de haricots, des cubes singapour, des dés.
L’imagé : l’enseignant reproduit en image ce qui a été vu concrètement. Cette deuxième étape sera déployée sous forme de planches à distribuer aux élèves et par des exercices, des  comptines.
L’abstrait : introduction des signes numériques et du concept : addition, soustraction. C’est la méthode déjà utilisée couramment par les instituteurs.
L’intervention se limitera donc aux deux premières étapes pour l’acquisition et/ou consolidation des connaissances. Les présentations se feront en malgache. Pendant les 10 jours, le programme se limitera à
• Apprendre à compter jusqu’à 20
• Apprendre les dizaines et unités
• Introduire le concept de l’addition / soustraction
• Comparaison de 2 nombres

Echange avec les parents d’élèves (Sahondra et Fara)
1. Parler de la scolarité des jeunes filles : importance de la poursuite des études
2. Rappeler les conditions du parrainage : envoi de bulletin tous les trimestres (responsabilité et devoirs)
3. Saynète par les enfants pour sensibilisation sur le sujet

Observation, récréation (jeu de balles), prise de photos (…et sieste) (Patrick

————————————————————————————-

Compte-rendu de la mission de Sahondra
Projet Enseignement du français

Résumé objectifs de la mission
1. La mise en place de nouveaux programmes en français : de la classe de 11e à la classe de 7e.
2. L’appui aux maîtres en termes d’apprentissage et d’enseignement du français : apport méthodologique et pratique ; l’utilité pour eux des livrets IFADEM (Initiative Francophone de Formation à Distance des Maîtres).

Les deux semaines passées à Lokaro ont été organisées en trois axes.
A. Des séances de travail avec les maîtres.

Plusieurs séances avec les maîtres ont été l’occasion de travailler :

Sur les programmes en français dans les classes primaires :

  • Objectif de l’enseignement du français en primaire, objectif de l’enseignement du français dans le premier cycle (11e et 10e) et dans le deuxième cycle (9e , 8e et 7e) ;
  • La pédagogie préconisée
  • Les moyens à mettre en œuvre
  • L’évaluation
    Sur l’apport des livrets IFADEM Madagascar pour la formation des maîtres et pour un enseignement du français plus efficace à des élèves malgaches.
    Sur des scénarios pédagogiques relatifs à des thèmes prévus aux programmes qui sont proposés aux instituteurs, discutés et modifiés éventuellement par eux. Les propositions ainsi amendées sont ensuite mises en œuvre en classe par eux.
    Sur des débriefings après des observations de séances conduites par moi-même ou par les maîtres.

B. Des séances d’enseignement auprès des élèves de tous niveaux. L’objectif est double :

débloquer la parole des élèves en français et montrer des pratiques à cet effet aux maîtres. Il s’agissait :

  • De développer la communication orale à partir de la description d’une image par l’élève ;
  • D’activités de compréhension de l’oral à partir de documents sonores ;
  • D’activités de compréhension de l’écrit et de production écrite.
  • De traitement de thèmes prévus au programme.

C. Des séances d’observation des pratiques des instituteurs.

  • A partir de scénarios pédagogiques travaillés ensemble ;
  • A partir de démarche pédagogique propre aux maîtres.

Cette mission a été riche d’enseignement pour moi et j’espère aussi pour les maîtres. En tout cas, j’ai trouvé des maîtres qui aiment leur métier, qui sont à l’écoute et qui sont intéressés par ce qu’on leur propose ; et des élèves très attachants.

Sahondra